Haut de la page

L’impact de l’affaire DSK sur la dénonciation des agressions sexuelles

L’impact de l’affaire DSK sur la dénonciation des agressions sexuelles

En mars dernier, le gouvernement du Québec injectait 800 000$ dans une campagne publicitaire destinée à encourager les victimes d’agressions sexuelles à dénoncer leur agresseur. À ce jour, il demeure trop tôt pour évaluer les retombées du plan. Mais on sait que les mesures publicitaires traditionnelles dans les médias écrits et électroniques ont une portée essentiellement pédagogique. Elles n’atteignent pas nécessairement les victimes. Pas assez, du moins, pour les convaincre de porter plainte.

Les sexologues sont familiers avec les victimes qui, pour une raison ou une autre, refusent de dénoncer leur agresseur best site. La majorité de ces raisons ont comme dénominateur commun, la peur: peur de ne pas être cru, peur d’être blâmé, fausse conception de ce qui constitue une agression sexuelle. En effet, se rendre au poste de police, répondre aux enquêteurs, rencontrer le procureur de la Couronne et surtout vivre les aléas d’un procès de nature criminelle n’est pas une mince affaire. Elle implique non seulement temps et argent, mais aussi un revécu traumatisant et l’humiliation des longs interrogatoires. Il n’est d’ailleurs pas rare pour un thérapeute de constater une détérioration de l’état psychologique de son client en cours de procédures judiciaires. Du côté de la défense, l’accusé et son avocat savent jusqu’à quel point le témoignage de la victime est crucial pour établir les éléments de l’infraction hors de tout doute raisonnable. La moindre faille, la moindre imprécision peut faire déraper l’accusation. Pour plusieurs victimes, le lot de stress émotionnel impliqué dans une démarche de dénonciation légale constitue à lui seul, un obstacle insurmontable. Pour elles, il vaudra mieux laisser tomber l’idée de dénoncer et tenter d’oublier, en vain.

Pas étonnant que le taux de dénonciation soit particulièrement faible dans les cas de crimes sexuels, ne dépassant guère 10%. C’est donc dire que 90% des agresseurs ne seront jamais importunés. Ce qui ne signifie pas que tous les dénoncés seront éventuellement accusés, et encore moins condamnés. Tout dépendra de la qualité de la preuve, de l’énergie que la Couronne y mettra et de la sensibilité avec laquelle le juge mènera l’affaire et en disposera. Bien des éléments qui, encore une fois, sont loin du ressort de la victime.

Malgré ces nombreux obstacles, plusieurs études confirment que la dénonciation de l’agresseur renferme d’importantes vertus curatives pour les victimes. Elle leur permet notamment de regagner un sentiment de contrôle sur leur vie en agissant à titre de protecteur face à de potentielles victimes. C’est un fait, les agresseurs qui ne sont pas coincés continuent généralement à perpétuer leurs crimes. Une étude publiée à cet effet (Lisak et Miller, 2002) rapporte que les auteurs de viols comptent en moyenne 5.8 victimes à leur dossier. De telles données nous rappellent que la violence sexuelle se limite rarement à une seule agression. Et ce problème continuera à se perpétuer au fil du temps s’il est gardé sous le silence.

Un autre élément d’influence dans la convalescence des victimes repose sur le rapport qu’elles entretiennent avec leur collectivité. L’intervention légale des autorités dans le dossier peut restituer la confiance de la victime envers sa communauté, une confiance qui ne peut être rétablie tant et aussi longtemps que l’agresseur subsiste en toute impunité. La reconnaissance collective de la souffrance vécue par la victime est également très salutaire à son rétablissement.

Les cas médiatisés ont un impact colossal sur la dynamique des victimes et sur leur propension à dénoncer leur agresseur, dépassant à mon avis, toutes les campagnes de publicité que l’on puisse imaginer. En 2004, les condamnations de deux personnalités connues et respectées, Robert Gillet à Québec et Guy Cloutier à Montréal, ont eu un effet bœuf sur plusieurs victimes qui ont alors décidé de dénoncer, souvent des décennies après les faits. D’aucuns ont salué l’immense courage de Nathalie Simard et les victimes ont suivi ses traces. Tout le système a dû s’ajuster à cette hausse subite de dénonciations, notamment les Centres d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) qui ont connu à la même époque un développement spectaculaire.

L’issue désastreuse qu’a connue l’affaire DSK aura eu l’effet contraire. La victime serait tout à coup devenue un obstacle plutôt qu’un atout à sa propre justice. Le passé imparfait de Nafissatou Diallo aura eu raison de son entière crédibilité. Comme vous et moi, des milliers de victimes ont été témoins des aléas de cette histoire et se demandent aujourd’hui si elles seraient assez parfaites pour avoir droit à un procès.

Il est vrai qu’au Canada, contrairement aux Etats-Unis, l’accusé ne peut attaquer la crédibilité de la victime en l’interrogeant sur ses mœurs sexuelles antérieures. Mais l’affaire DSK a eu un retentissement mondial. Les règles de droit importent donc peu dans ce contexte. C’est plutôt l’image de la charge titanesque qui attend les victimes et leur crainte de ne pas être crues qui aura pour effet de les démobiliser.

, , , , , , ,

Qu’en pensez-vous?